Les vœux de Manu Ruperez, président de l’Agri

Évidemment, nous le savons tous, 2021 sera une année particulière, car tributaire de l’évolution de la pandémie et des mesures sanitaires que cette situation va imposer. Sur le plan économique, les stigmates sont déjà perceptibles et les entreprises, tous secteurs confondus, devront affronter des situations compliquées, voire inédites. Je pense notamment aux cafés-hôtel-restaurants pour lesquels la réouverture au 20 janvier semble bien incertaine. Des activités en souffrance depuis bientôt un an qui génèrent, en aval comme en amont, une induction indispensable aux métiers de l’agriculture, de l’artisanat et, plus globalement, à ceux des territoires ruraux. Depuis le mois de mars, L’Agri soutient sans réserve ces professionnels avec un parti pris qui est celui du bon sens et des réalités économiques. Notre titre qui, rappelons-le, ne perçoit, contrairement à la presse quotidienne ou généraliste, aucune aide pour faire face à la crise est, tout naturellement, également impacté par cette conjoncture. Malgré cela, en toute indépendance, nous résistons grâce au soutien de notre lectorat, de nos annonceurs et d’Arterris, notre partenaire historique. Nous résistons en attirant de plus en plus l’attention au-delà des seules frontières des Pyrénées-Orientales et de l’Aude, puisque, chaque semaine désormais, nous envoyons, comme nous nous y étions engagés en janvier dernier, L’Agri dans sa version numérique aux 577 députés français et à bon nombre de rédactions nationales. Tout ce qui est publié dans l’Agri peut donc être lu à Paris où, nous le vérifions, selon les numéros, le taux d’ouverture varie de 50 % à 80 %. Rien d’étonnant à cela quand on sait l’intérêt que peuvent susciter certains articles, mais également les chroniques, les éditoriaux ou les “Lettres à …” nouvelle formule qui bat des records d’audience, notamment sur le site du journal.
Une notoriété qui dépasse, par la voix de notre rédacteur en chef, notre champ de diffusion puisqu’il est régulièrement invité à rédiger des tribunes en lien avec le contexte rural dans des publications nationales. Rajoutons à cela les articles de Yann Kerveno et de Thierry Masdéu qui, loin des sentiers battus de l’information conventionnelle, développent cet esprit critique devenu de plus en plus rare dans les rédactions. Je tiens à remercier également ici pour leurs précieuses contributions le Dr Jean Marc Majeau qui apporte, avec discernement et objectivité, une expertise éclairée sur la situation actuelle, Maître Jacqueline Amiel Donat, Maître Dorothée Boyer Paillard, Gilles Tibié, Liliane Doger Ledieu, Robert Tricoire, Claire Sarda Vergès et le tandem nouveau venu Karo-Didoo. Sans oublier bien entendu Julie Xatart et Éric Marotte qui ont su adapter leur fonctionnement pour que l’activité du journal ne soit jamais impactée. Une équipe, vous l’avez compris depuis longtemps, mobilisée pour informer et défendre cette liberté d’expression à laquelle nous devons tous rester attachés au cours de l’année à venir.
À ce titre, avec le soutien et l’implication des membres de notre conseil d’administration, ensemble avec nos mots et avec votre volonté, nous relèverons le défi pour que 2021 soit l’année du renouveau et de la reprise réunis.
Bonne année, bonne santé à toutes et à tous. Et bien sûr… Lisez L’Agri !

Manu Ruperez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *