L’armistice du 11 mai

Je ne sais pas si on aura droit au défilé le 8 mai. Par contre, je vous annonce un beau bordel le 11 ! Macron a prévu la fin du déconfinement à cette date-là. Selon son crédo initial, pour donner l’illusion qu’il maîtrisait le temps, il a procédé par phases, repoussant de quinzaine en quinzaine, la durée de l’enfermement. Sûrement pour faire durer le plaisir sachant que, dès l’annonce, il était dit au café du coin, qu’il durerait au minimum six semaines. On en sera à huit. Comme quoi, le poivrot lambda peut avoir une vision plus juste de l’avenir qu’un énarque. Mais ça, on le savait déjà !  Donc notre président a fixé UNE date. Pour une fois, il a visé juste : ce sera un lundi ! Alleluia ! Bon, puisqu’on sait “quand”, reste maintenant à savoir “comment”. Alors là, ce n’est pas gagné d’avance ! Concernant les problématiques touchant à l’économie, à la dette extérieure et à la façon dont la BCE rachète les dettes d’États, on peut nous impressionner… De tout cela, nous ne connaissons rien ! Par contre, quand il s’agit de savoir comment sortir de chez soi, retourner au contact de son prochain, renvoyer ses enfants à l’école et visiter son grand-père dans un EHPAD, là, d’un seul coup, tout le monde comprend et peut apprécier à sa juste valeur l’atermoiement de nos décideurs et les immenses âneries qu’ils nous racontent à l’envi ! Pour une fois, les chaines d’informations nous auront, bien involontairement d’ailleurs, permis d’apprécier en temps réel l’abyssale profondeur du naufrage en cours ! Les brainstromings se succèdent et aboutissent immanquablement à un pétard mouillé ! Comme si un grand chef cuisinier exigeait plusieurs jours pour nous concocter un mets exceptionnel et ressortait de ses cuisines avec la recette d’un œuf au plat !
Voulant donner l’illusion de la grandeur de la France, de sa capacité d’innovation en terme de stratégie révolutionnaire, Macron a voulu, par vanité, surprendre le monde entier. Il a commencé par une déclaration de guerre… Sa seule excuse, c’est sa jeunesse. La guerre, à part à la Playstation, il est né trop tard pour savoir ce que c’est. Et s’il avait lu autant de livres d’histoire que de traités d’économie, il aurait su que, sur ce plan-là, nous avons toujours été bien plus médiocres qu’en littérature !

Les ministres font un escape game à “Fort Boyard”
Alors dès le début, c’était risqué ! Après, il y a eu l’histoire des masques. Vu le stock commandé, on devrait encore en avoir quand nos petits-enfants rentreront en EHPAD ! Mais aujourd’hui, y compris pour le personnel soignant, nous n’en avons toujours pas assez ! Pas plus que des gants, des sur-blouses, du gel. On se protège les pieds avec des sacs poubelle en réanimation ! Et des soignants se contaminent ! En gros, comme on dit dans les campagnes : “ils vont à la guerre avec leur bite et leur couteau !” Et pour la partie féminine, majoritaire du personnel de santé, juste avec le couteau ! Heureusement, pour le 11 mai, on aura tout. Parole de ministre ! Personne ne sait comment, mais l’espoir fait vivre. Par contre, sauf dans le cas où il faudrait se mettre à fumer pour se protéger du Covid, il faudra nous expliquer l’idée de l’achat des masques chez les buralistes ! Et le concept des “modèles grand public”, qu’es aquò ? Normalement, une cellule interministérielle devrait nommer un comité qui va nous établir une norme. J’espère qu’on l’aura avant Noël ! Et qu’ils s’avèreront plus efficaces qu’un torchon noué sur le bas du visage ! Pour le gel, c’est cuit : il faut se le fabriquer maison. Reste la question du test. Là c’est le mystère de la pyramide de Khéops ! Déjà Macron le réserverait aux malades… Écartant tous les transmetteurs asymptomatiques qui sont majoritaires. Lequel ? Celui qui se trompe une fois sur trois ? Ou celui qui détermine les anticorps ? Sachant qu’on ne sait pas si le Covid immunise vraiment ? Moi je vous le dis : les ministres font un escape game à “Fort Boyard”. On a envie de leur crier : “Putain mais sors ! T’as plus le temps, c’est le binz !” Finalement, on aura appris deux choses dans ce merdier : l’incompétence de la bureaucratie française, notamment en matière de santé, et le nom du principal conseiller de Macron et de ses ministres. Il est brésilien, de la faculté de São Paulo : c’est le grand Pr Avisto De Naz ! Aussi nul que celui qui propose à Trump de boire du Canard WC sur le transat de sa piscine ou ce crétin de Loukachenko qui dit que le Covid n’existe pas ! Moi, j’ai commandé mon surf pour la deuxième vague !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *