L’amour est dans “notre” pré ?

Un agriculteur des Pyrénées-Orientales, Paul-Henri*, postule pour trouver l’âme sœur dans la célèbre émission de téléréalité. L’Agri, qui connait forcément l’intéressé, a essayé d’en savoir un peu plus auprès de la production.

 

Trois mois après la fin de la saison 14, l’ambassadrice de Cupidon pour nos campagnes, Karine Le Marchand, est de retour sur M6 pour nous présenter en prime time les lundis 9 et 16 mars prochain, la quinzième saison de l’émission “L’amour est dans le pré”. À l’écran, 13 nouvelles histoires sentimentales seront dévoilées, aux travers de portraits de 2 agricultrices et 11 agriculteurs âgés de 37 à 63 ans, en quête d’amour. Cette première phase de diffusions qui permet aux téléspectateurs de les découvrir, déclenche par la suite la réception de nombreuses lettres d’amour, que les candidats vont devoir sélectionner. Parmi eux, et originaire du département, il y a Paul-Henri*, 38 ans, éleveur de vaches allaitantes. Papa célibataire, fils et petit-fils d’agriculteurs, il a repris voilà 6 ans la ferme familiale. Son portrait, décrit dans le dossier de presse de production le présente comme, « épicurien, sociable et un peu fanfaron, aimant la plaisanterie mais cachant une sensibilité qu’il a du mal à dévoiler ». Si avec son physique de rugbyman, Paul-Henri n’a pas de mal à rencontrer des copines, il désespère néanmoins de trouver celle qui lui correspondrait : « J’ai du mal à rencontrer la bonne. Je tombe sur des femmes qui ne veulent pas d’enfant, d’autres qui en ont déjà, d’autres qui ne veulent pas s’engager. C’est compliqué… » 

Déclencher la flamme des prétendantes …

Voilà pourquoi ces jours ci, l’animatrice Karine Le Marchand a répondu à son appel. Avec son équipe de tournage, elle est venue à sa rencontre sur son exploitation pour capter son intimité, recueillir ses confidences et présenter le quotidien de sa vie d’agriculteur. Témoignage portrait qui devrait, après diffusion, déclencher la flamme de prétendantes que nous découvrirons au fil de l’émission, comme en témoigne l’attaché de presse de Fremantle : « Le but, après cette première diffusion, est de s’assurer avec les lettres reçues que les courtisanes sont des personnes sérieuses et correspondent bien au profil du candidat. Ensuite il devra en sélectionner 10, les rencontrer, puis, par élimination, faire un choix maximum de deux aspirantes, avec lesquelles il partagera durant une semaine son quotidien à la ferme ». Si à ce stade de l’émission tous se passe bien, Paul-Henri ira aussi partager le temps d’un week-end le quotidien chez l’heureuse élue et rencontrer ses proches. Dernière ligne droite avant de profiter, aux frais de la production, d’un séjour en amoureux loin de leur quotidien. Quel en sera le scénario final ? Quel profil adoptera notre Roméo avec ses Juliettes ? Une nouvelle histoire d’amour parmi les 13, à découvrir très prochainement sur M6. 

Thierry Masdéu

* A la demande de la production Fremantle et pour des raisons de confidentialité, nous ne divulguerons ni le nom de l’agriculteur ni le lieu de son exploitation

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *