Courrier à mon ami

Oui, que veux-tu, les enfants ont besoin d’un cadre pour grandir sereinement. Les soixante-huitards, et j’éviterai une rime, ont déstructuré toute la société sous le principe “Il est interdit d’interdire”. Certains d’entre eux, des abjections humaines, se délectaient des enfants, une glorification alors de la sexualité enfantine. Et ils viennent aujourd’hui nous donner des leçons de morale sur le fonctionnement sociétal et sur l’organisation de nos démocraties. Ces idéologues, dont certains ont eu de grandes fonctions, continuent de détruire la société entière, l’économie, la structuration des cadres donnés.
Des sondages montrent régulièrement ce besoin d’une charpente forte chez les jeunes qui ne seraient pas contre une dictature… Ces idées sont extraordinaires, alors que la jeunesse c’est le melting-pot, la liberté, la découverte, l’imaginaire, les expériences, défier la vie. Et pourtant, ils ont besoin de repères, d’une autorité qui les guide pour les faire grandir. Or, les parents ont baissé les bras, l’État a baissé les bras… Alors ils se tournent vers les seuls qui leur semblent avoir de l’autorité. Tu te souviens de l’expérience de la Troisième Vague, celle d’un prof aux USA, dans les années 60, qui décrivait la cruelle facilité que les esprits ont à basculer, à adhérer ou simplement à fermer les yeux sur les pires horreurs que constituait le nazisme. Et cela va très vite. Tous ces gens sans emploi, sans repères, dans une société déstructurée et destructrice, hyper-capitaliste, d’ultra-consommation au nom du sacro-saint marché, c’est terrible et ça mène à cela… Nos dirigeants peuvent avoir la larme à l’œil, ils sont coupables et certains ont du sang sur les mains.

La désinformation : du grand art…
Une guerre va être menée, elle est déjà là d’ailleurs, sous une forme latente, le lourd silence avant le chaos. Certains vont perdre la vie, d’autres garderont des blessures, et au nom de quoi, de qui ? Des mêmes qui ont géré la crise de la Covid-19, qui cèdent aux lobbys de big pharma, de l’ultralibéralisme et de la destruction des États, des nations, ne créant que des individualités égoïstes et égocentrées, tirant vers le bas les individus, appauvrissant les langues pour ne plus savoir exprimer dans le détail et la finesse les sentiments… Bref, pour mieux contrôler le monde… Véritable opération de désinformation, mon ami, menée sur de nombreuses années… Du grand art… Alors, pour redresser 40 ans d’imbécilités, il va en falloir de la patience, de la résilience, mot bien trop grand pour notre président, mot surtout employé dans la réconciliation des communautés au Rwanda, inapproprié dans une épidémie… Et encore un nombre de morts incalculables ici et ailleurs… Que veux-tu aussi quand la pauvreté s’installe partout dans le monde, que la sonnette d’alarme est tirée suite à cette crise épidémique de la malnutrition de plus en plus prégnante… Les individus vont se retourner, comme à partir de 1933, vers ceux qui leur semblent les plus forts. Les êtres humains ont besoin d’un chef pour les guider et leurs actions seront impulsées avec lui… S’il est bon ou mauvais, etc. Bref, c’est pathétique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *