Confinement : consommer local, un enjeu pour tous (Communiqué FDSEA 66 )

Face à la crise sanitaire actuelle, le monde agricole se mobilise de toutes parts et les initiatives pour mettre en lien les producteurs et les consommateurs se multiplient.

Consommer mieux, consommer local, consommer malin… C’est la démarche adoptée par la majorité de la population confinée en raison de l’épidémie de coronavirus.
Les solutions passent quelquefois par le retour à la simplicité. Les producteurs multiplient les initiatives pour composer des paniers de produits frais disponibles en drive ou en livraison. Des plateformes en ligne se développent pour vendre les productions locales aux consommateurs devant limiter leurs déplacements. Certaines exploitations agricoles sont aussi toujours accessibles aux clients attachés aux circuits courts, en respectant des mesures d’hygiène et de sécurité strictes. Ces dispositifs séduisent de plus en plus en cette période compliquée. La profession ne peut que remercier vivement toutes les personnes engagées dans ces démarches et les encourager à les faire perdurer.

Consommer Français, un enjeu national pour les filières fruits et légumes
Commercialiser les productions agricoles sur le département et approvisionner le national.
Durant le confinement, les initiatives locales permettent de commercialiser les productions agricoles au niveau du département en circuits courts, mais il ne faut pas oublier que la majorité de la production de département est vouée à se retrouver sur le marché national.
Nous avons œuvré dès le début de la pandémie avec tous nos partenaires à privilégier les circuits de commercialisation de proximité, cependant notre département est, pour bien des produits, le plus gros producteur, c’est bien pour cela que plusieurs produits (fraise, asperge et salade) ont été en souffrance très tôt. Nos relais dans nos associations spécialisées nous ont été d’une aide précieuse, nous remercions leurs présidents pour leur aide et la présidente de la FNSEA pour son action pour l’agneau et la promotion dans une enseigne de la grande distribution pour désengorger le marché de la batavia plombé par la fermeture de nos usines de mise en sachet.
Aujourd’hui et au jour le jour le jour, nous suivons l’approvisionnement, les ventes et les origines dans nos magasins. Nous allons dans les prochains jours nous rapprocher de nos metteurs en marché fruits d’été pour préparer notre saison estivale de la meilleure des manières, de façon à prendre en considération proximité et approvisionnement national. Ces conditions inédites nous demandent une adaptation permanente aux conditions de marché, tous produits confondus dans l’intérêt de toute notre agriculture, sous quelque forme que ce soit.

Le marché de gros de Perpignan, la pierre angulaire de l’approvisionnement local
Alain Figuères, producteur de Saint Estève et président de l’Association des producteurs du marché de gros :
“Nous avons un formidable outil pour permettre aux producteurs de vendre aux professionnels en circuits courts, à tous les commerçants de proximité, les petites et moyennes surfaces, les détaillants non sédentaires, les grossistes… Les produits de la halle aux carreaux, c’est 24 h du champ à l’assiette, c’est l’assurance d’une qualité, d’une traçabilité et d’une sécurité alimentaire pour les consommateurs. Le marché de gros c’est la garantie du maintien de tous les commerces de proximité.
Aujourd’hui plus que jamais, son rôle est fondamental. Il continue son activité pour assurer à la population le besoin essentiel de se nourrir, et les producteurs, les grossistes et les acheteurs du marché de gros sont actifs et mobilisés. Les mesures de précaution sanitaires ont été mises en place par Perpignan-Méditerranée pour garantir la continuité du service public. Je tiens à parler aussi de l’équipe du marché, à pied d’œuvre, avec Joëlle Puiseux, en charge du marché de gros, qui fait, comme on dit, “tourner la boutique”.
Nous voyons à quel point la Présidente de la Région Occitanie, la Chambre d’agriculture, les maires, la presse locale, se mobilisent aujourd’hui pour soutenir les producteurs locaux, les circuits courts et l’alimentation de proximité dans ce contexte difficile, et nous les remercions pour toutes ces initiatives et cette solidarité qui se déploient pour la filière agricole.
Je lance un appel aux producteurs qui n’ont pas encore franchi le pas, à venir vendre leur production au marché de gros, et à tous les acheteurs professionnels à venir s’y fournir… c’est le seul endroit où ils trouveront toutes les variétés qui existent en produits locaux… Quand on pratique le marché, on y revient…”

FDSEA 66

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *