C’est l’heure de la pêche plate !

Regardée comme un Ovni à son arrivée sur le marché, la pêche plate est en train de gagner la bataille du linéaire. Avec, en cheval de Troie, la production espagnole. Pour Aurélie Ferrieux et Pascal Bassols, d’Agro Sélections Fruits, les producteurs français ont aujourd’hui tout intérêt à se pencher sur cette production, au risque de voir le train filer sans eux. “Les chiffres sont là” explique Pascal Bassols, “dans les linéaires 15 à 20 % des pêches sont aujourd’hui des pêches plates dont beaucoup viennent d’Espagne.” La réticence des producteurs français à se lancer dans cette production n’est pas un fantasme et trouve explication pour peu qu’on s’y penche. “Il y avait d’abord, à l’apparition du fruit, ce problème de fermeture pistillaire défectueuse. Cela rendait la conservation assez aléatoire et c’est un point qui inquiétait, à juste titre, les producteurs” détaille Aurélie Ferrieux. L’autre récrimination souvent avancée portait sur la rentabilité, la difficulté technique, les rendements. “Alors oui, ce sont des fruits qui sont plus petits qu’une pêche ronde, mais on sait aujourd’hui, contrairement à ce qu’on pouvait croire, que les arbres peuvent aborder le même chargement que les autres pêchers. Ensuite, pour la conduite, les arboriculteurs ont les outils pour mener à bien ces fruits dans de bonnes conditions, ils peuvent éclaircir mécaniquement et contenir les coûts de production” ajoute Pascal Bassols.
Agro Sélections Fruits propose aujourd’hui une gamme complète de pêches plates de dernière génération couvrant toute la campagne de production. “Pour le développement de ces variétés, nous avons travaillé comme toujours en privilégiant la saveur, les arômes afin que les fruits soient sucrés, c’est d’ailleurs une des garanties de la pêche plate, et nous faisons aussi en sorte que la présentation soit la plus attrayante possible, avec une bonne fermeture pistillaire, des couleurs rouge, rosé, de la brillance pour attirer l’œil du consommateur” détaille Aurélie Ferrieux qui voit dans la pêche plate le fruit d’été de demain. “C’est garanti en sucre, facile à manipuler pour les enfants ou les adultes et la grande distribution en redemande.”
Pascal Bassols est tout aussi confiant : “Aujourd’hui, à la production, la technique et les variétés dont nous disposons font qu’il est possible d’obtenir de très bons rendements. Il y a une vraie opportunité, surtout lorsqu’on voit que la distribution française joue le jeu de la production locale comme jamais.” 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *