Catalogne Sud : “LOGIS Empordà” (plateforme “Far-Vilamalla”) à nouveau sur les rails [par Thierry Masdéu]

Les travaux d’urbanisations de la phase II de “LOGIS Empordà”, élément du grand projet de plateforme intermodal à la périphérie de Figueres, sur le territoire des communes El Far d’Empordà et de Vilamalla, ont débuté le 8 septembre dernier et devraient s’achever d’ici 1 an.

Sur cette première tranche de 73 ha qui accueille déjà 4 entreprises, Motor Tàrrega, Ellivisa, Boadella Vallsmadella et Carburants Taravaus, une douzaine supplémentaire dans les secteurs d’activités liés à la logistique y sont prochainement attendus. Comme certainement le géant du e-commerce Amazon qui devrait, selon certaines rumeurs bien informées, installer une nouvelle plateforme logistique, la cinquième du nom en Catalogne. Avec un investissement de fonds publics à hauteur de 33 millions € et de 190 millions € qui émaneront du privé, le prévisionnel d’embauche du projet “LOGIS Empordà” fait état de 1 900 emplois directs à court terme. Une dynamique économique qui viendra renforcer celle du tourisme sur ce bassin de l’Alt Empordà. Cette première partie, initiée en 2003 et pilotée par CIMALSA, entreprise publique de la Generalitat de Catalunya, en charge de la promotion, du développement et de la gestion des infrastructures en logistique et transport de marchandises, dispose aussi d’un réservoir attenant de parcelles pour une extension rapide sur 35 ha, le “ce5 Logístic”. “Aujourd’hui, nous proposons aux entreprises de logistique plutôt des formules à la carte pour nous adapter à leurs besoins, qui ont changé au fil des années et tout particulièrement depuis l’épreuve de la crise sanitaire et du confinement !” argumente Enric Ticó, président de CIMALSA. “Les demandes en surfaces parcellaires pour les plus petites ont décuplé et la tendance sur laquelle nous œuvrons, s’axe aussi sur le développement ferroviaire”.

Enric Ticó, président de CIMALSA.

Extension du fret
Actuellement, grâce à son modeste terminal de fret de Vilamalla de 4 ha, une ligne ferroviaire relie la zone au port de Barcelona. Un accord qui sera prochainement signé entre la Generalitat et des administrations comme ADIF (titulaire des lignes et de ses services) autorisera son extension. Avec, dans un premier temps, l’allongement de la voie de fret existante jusqu’à 800 mètres, la réalisation d’une deuxième de même longueur, sans oublier la compatibilité de l’écartement des rails à la norme européenne (UIC), tout en conservant l’Ibérique pour garantir la flexibilité d’exploitation du site. Le coût de cette opération est évaluée à 12 millions d’euros.
À plus long terme, avec un investissement public de 100 millions d’euros et 40 millions d’euros du privé, un deuxième terminal de fret sur 24 ha, adossé au secteur “ce5 Logístic” culminera le projet final de ce centre logistique de l’Empordà, qui deviendra un des plus important de Catalogne. “Nos investissements sont aussi régis dans une éthique environnementale, tant sur l’aspect paysager des urbanisations de la zone que sur l’orientation multimodale ferroviaire. Lorsque la plateforme sera dans sa globalité opérationnelle, cette politique de gestion des transports nous permettra de réaliser un gain de décarbonisation annuel de l’ordre de
70 000 tonnes !” tient à préciser Enric Ticó. Bien qu’au travers de l’activité de cette plateforme transiteront
également des produits périssables comme les fruits et légumes, le président de CIMALSA n’inscrit pas le “Far-Vilamalla” comme un concurrent direct du marché très spécialisé de Saint-Charles et fait état de contacts plus ou moins informels déjà établis avec l’entité. De par la pluralité des marchandises qui vont y être gérées, cet HUB intermodal représentera un outil complémentaire en services de logistiques, opportunité géographique qui pourrait séduire des entreprises des Pyrénées-Orientales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *