Arterris franchit le seuil du milliard d’euros de chiffre d’affaires

Edouard Cavalier, président délégué au pôle agricole, Jean-François Naudi, président d’Arterris, Pascal Levade, président délégué au pôle agroalimentaire et Michel Pontier, président délégué au pôle distribution.

Le chiffre d’affaires global d’Arterris a grimpé, en 2018, à 1,003 milliard d’euros, soit une multiplication par deux en dix ans. Le nouveau président, Jean-François Naudi, confirme la volonté du groupe coopératif de poursuivre la politique de consolidation du pôle agroalimentaire.
“C’est un seuil symbolique qui a été franchi” a annoncé le directeur général d’Arterris, Jacques Logie, en conférence de presse, le 17 janvier à Toulouse. Le groupe coopératif agricole basé à Castelnaudary a en effet franchi la barre du milliard d’euros de chiffre d’affaires consolidé et des 200 millions de capitaux propres (203,6 M €), et cela malgré des cours historiquement bas en céréales pour la récolte 2017. Une montée en puissance fulgurante, puisqu’il y a dix ans le chiffre d’affaires était de l’ordre des 500 millions d’euros et l’an dernier de 870 M €. L’EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) s’élève à la bagatelle de 24,3 M € sur le dernier exercice et encore, celui-ci n’intègre que six mois d’activité de la Belle Chaurienne depuis sa reprise. Jacques Logie se félicite aussi de la dette financière nette qui reste, selon lui, dans un ratio acceptable. “Être gros, ce n’est pas un but, il faut être solide”, ajoute-t-il. “De Montauban à la frontière italienne, le groupe a bien structuré son territoire”. De fait, Arterris, qui emploie 2 200 collaborateurs et sert 25 000 adhérents et clients, est devenu un acteur majeur dans son secteur : premier multiplicateur français de semences, premier producteur national de blé dur, tournesol et sorgho, le groupe est aussi désormais premier producteur national de viande ovine.

Fruits et légumes : “nous pouvons aider à structurer cette filière”
Arterris s’est ouvert sur différents métiers de l’agriculture et ne cache pas son intention de développer son activité “fruits et légumes”. “Nous pouvons aider à structurer cette filière, nous serons à l’écoute de tous ceux qui voudront travailler avec nous, sur l’ensemble de l’arc méditerranéen” indique le président du groupe, Jean-François Naudi. Sur d’éventuelles acquisitions, “le groupe est tout le temps en mouvement, il y a des projets sur l’ensemble des pôles” ajoute Jacques Logie. Le pôle agricole est le socle, avec un chiffre d’affaires de 645 M €. Le pôle agroalimentaire est numéro deux
(356 M €) et le pôle distribution grand public (Gamm Vert, Frais d’ici, Larroque et les Fermiers Occitans) numéro trois avec 55 M €. Mais c’est bien sur le pôle numéro deux, à savoir l’agroalimentaire, que le groupe concentre le plus ses efforts, le but étant de “le consolider pour valoriser la production des adhérents, producteurs et éleveurs.”

L’acquisition d’Ovimpex génératrice d’une forte croissance
La transformation animale grimpe à 256 M € de chiffre d’affaires suite à l’acquisition du groupe Ovimpex et les produits des marques Les Fermiers Occitans, la Belle Chaurienne et Le Bories du Périgord dégagent 100 M €. “Nous avons choisi de proposer du qualitatif. La société attend désormais de l’agriculture qu’elle joue son rôle de développement durable, sur le plan économique, environnemental et social” souligne Jean-François Naudi. Arterris a renvoyé sur le dernier exercice
3,4 M € aux agriculteurs sous forme de ristournes, soit 12,3 % de son EBITDA. “C’est un choix politique d’entreprise que de retourner une partie importante de la rentabilité aux adhérents” estime Jacques Logie.

F.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *