AMS réparation : “Les carbus on les a toujours réglés à l’oreille !” [par Thierry Masdéu]

Dans un marché où l’obsolescence programmée des appareils est devenue monnaie courante, on en aurait presque oublié que réparer un outillage qui a rendu l’âme, n’est plus que le vague souvenir d’une époque bien révolue. Aussi, il y a des lieux comme ça, lorsque l’on en franchit le seuil, où l’on éprouve ce sentiment serein d’avoir déniché la bonne adresse pour redonner vie à ses outils.

Une vraie caverne d’Ali Baba de l’outillage, où les maîtres des lieux, réparateurs passionnés, excellent dans l’art de ressuciter motoculteurs, tondeuses, débrousailleuses, tronçonneuses, chenillards, pulvérisateurs, sécateurs électroniques, marteaux-piqueurs, groupes électrogènes, scies circulaires, nettoyeurs HP, appareils airless, etc. Du professionnel au particulier, cet atelier situé à Argelès-sur-Mer assure maintenances et réparations de tous types de marques et matériels. Depuis la création de l’activité en septembre 2012, Stéphane Lavit et Jean Parra partagent celle-ci sous la marque AMS, au sein d’une coopérative d’entreprises “Perspectives” basée à Perpignan. Entrepreneurs salariés, mais aussi associés de cette entité, pour ces virtuoses de la réparation, le choix de ce statut était une évidence : “Suite à un licenciement, nous avions perdu notre poste et, vu nos âges avancés, le marché de l’emploi ne nous avait pas vraiment tendu les bras !” raconte Stéphane. “Aussi, nous nous sommes décidés de créer notre propre affaire. Après un stage à la Chambre des Métiers, on a eu écho de la possibilité de commencer à exercer sous statut d’une coopérative d’activité. Ça a été une opportunité financière et d’encadrement pour se lancer et tester notre viabilité. Résultat, 8 ans après, nous sommes toujours là !”. Avec un bassin de clientèle qui s’étend de la Côte Vermeille, en passant par la Marenda, les contreforts des Albères et du Vallespir, cette petite structure ne connaît pas la crise.

Plus de 5 000 clients et du boulot en perspective
À ce jour, plus de 5 000 clients ont déjà fait confiance à ces spécialistes de la motoculture qui sont de plus en plus confrontés aux effets néfastes des nouveaux carburants : “Actuellement la majorité de nos interventions se font sur des moteurs thermiques, de machines qui ne démarrent pas ou démarrent mal. Ces pannes sont causées essentiellement par les nombreux additifs qui sont de plus en plus présents dans les carburants pour réduire la pollution. Les moteurs dégagent moins de fumée, mais la contrepartie c’est que leurs durées de vie sont extrêmement raccourcies, les carburateurs et leurs membranes en souffrent énormément !” soulignent, agacés, les deux compères, tout comme sur la modernisation à outrance de certains constructeurs de tronçonneuses : “Pour répondre aux normes antipollution, ils mettent en place comme, pour les véhicules, des valises électroniques pour régler les carburateurs !” proteste Jean. “Quand tu vois qu’il faut y investir 3 000 € pour pouvoir faire le réglage, tu m’as compris, c’est une tronçonneuse, il faut se calmer là ! Moi je te dis, les “carbus” on les a toujours réglés à l’oreille !” Autre inquiétude soulevée, celle qui concerne la prolifération en motoculture de matériels bas de gamme, d’origine chinoise, qui sont difficilement réparables. Épaulés par un jeune apprenti qui prépare au Campus de Rivesaltes un CAP en matériel agricole, le trio n’a pas le temps de chômer. Dépannages sur site, réparations, ventes, maintenances ou conseils pour prolonger la vie des machines, AMS, qui a le vent en poupe, ne demande qu’à se développer. D’ailleurs pour renforcer l’équipe, ses fondateurs sont à la recherche d’un collaborateur motivé qui soit autant passionné qu’eux. Avis aux amateurs…

Contact : AMS / 04 68 56 17 52
https://sites.google.com/site/argelesmotoculture/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *