Alternatives au glyphosate : la Chambre d’agriculture de l’Aude forme 177 vignerons

La Chambre d’agriculture de l’Aude a proposé une formation intitulée “alternatives à l’utilisation du glyphosate – focus sur l’entretien mécanique du cordon de vigne” aux vignerons. 177 d’entre eux se sont inscrits à ces sessions qui ont débuté fin mars, conscients de la nécessité de se préparer au changement de pratiques.
Comment gérer l’après-glyphosate ? La Chambre d’agriculture de l’Aude a proposé une formation aux vignerons sur cette question épineuse. Objectif : “connaître les différentes techniques alternatives possibles à l’utilisation du glyphosate, et se préparer au changement de pratique : au passage à l’entretien mécanique du cordon de vigne”. Cette formation (VIVEA) a été lancée dans le cadre de l’animation du programme d’actions du captage prioritaire d’eau potable de Maquens. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle répondait à une attente réelle : elle a recueilli 177 inscriptions, qui ont été réparties sur neuf sessions, au domaine expérimental de Cazes et chez les vignerons, à Montclar, Cournanel, Roquetaillade ou encore Couiza. “Le rôle des structures économiques du secteur a permis un relais important de cette formation” précise-t-on à la Chambre d’agriculture. Ces sessions, animées par Julien Lion, inspecteur contrôle pulvérisateur-machinisme et Céline Forget, chargée de mission bio-diversité à la Chambre, ont débuté mi-mars et se terminent le 13 avril.

Coût et stratégies de désherbage
La première demi-journée débute par la présentation des méthodes d’entretien du cordon de vigne alternatives au glyphosate : paillage, herbicides d’origine naturelle, désherbage thermique… S’en suit un focus sur le désherbage mécanique interceps : les différents outils de travail du sol dans le rang et leurs conditions d’utilisation, puis une étude sur le coût du désherbage mécanique est présentée, ainsi que des exemples de stratégies de désherbage.
La deuxième demi-journée est consacrée à la visite de deux exploitations utilisant des interceps. L’occasion d’entendre des témoignages de vignerons, chacun expliquant ses pratiques et posant un regard critique, évoquant ses atouts et freins. Objectif : échanger pour mieux se préparer à cette transition.

F.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *