Ailleurs dans les vignes du monde – janvier 2020 [par Yann Kerveno]

Les Chinois sont bougons

En Australie, où l’on est furieux contre la Chine à cause des taxes de 107 à 212 % imposées sur les vins exportés, les producteurs de vins originaires de l’empire du milieu l’ont mauvaise. Ils subissent en effet une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux. Les Chinois possèdent dans le pays 41 wineries que les auteurs de la campagne incitent à boycotter. Dans cette liste figure en particulier Aswan Greek, troisième exportateur australien et Kilkanoon winery qui a la plus grosse winery chinoise, Changyu, à son capital. Mais l’affaire va au-delà du simple appel au boycott. Des coups de téléphone et des menaces sont proférés aux personnels des entreprises. Entreprises qui ne disposent pas, en dépit de la nationalité de leur propriétaire, de passe-droit douanier et sont soumis à la même taxation que les autres.

Et les taxes Trump ?

Le monde viticole français compte beaucoup sur la nouvelle administration américaine pour faire sauter les taxes mises en place par Donald Trump et qui frappent les vins et les alcools de vins. W. Blake Gray, journaliste et chroniqueur du site wine-searcher.com est modérément optimiste quant à cette éventualité : “Je pense que la nouvelle équipe emmenée par Joe Biden supprimera la dernière salve de taxes, celle qui concerne les vins à plus de 14°, le cognac et l’armagnac. Parce qu’il a dit publiquement qu’il allait annuler les toutes dernières décisions prises par l’équipe Trump. À contrario, je ne suis pas sûr que les taxes sur les vins à moins de 14° soient levées. La bagarre autour d’Airbus et de Boeing date de 2006 et l’administration Obama n’a rien fait pour trouver une issue à ce problème en huit ans, huit années pendant lesquelles Joe Biden était là. Ensuite, je sais que ce n’est pas forcément ce que vous avez envie d’entendre, mais le président à des dossiers bien plus importants à régler ici et maintenant… Et même si retrouver de bonnes relations avec l’Europe est crucial, ce n’est pas sur le haut de la pile. L’Europe pourrait peut-être accélérer les choses en proposant une sortie de crise du dossier Airbus – Boeing, mais je ne pense pas que cela ait été envisagé jusqu’à maintenant” explique-t-il. Wait and see.

Filomena fait des dégâts

Le celler Vall Llach, la bodega du chanteur Luis Llach, a beaucoup perdu lors du passage de la tempête de neige Filomena sur la Catalogne. Sous le poids de la couche de neige accumulée, 50 centimètres, le toit du chai de cette bodega phare du Priorat construite au XIXe siècle, à Porrera, s’est effondré. Sous les décombres ? Les pressoirs, la ligne d’embouteillage, mais surtout le reste de la récolte 2018, la récolte 2019 et la vendange 2020 encore en fûts.

On double la dose en Italie

L’Union Européenne a donné son accord à Tutela Vini della Maremma, une des appellations de Toscane pour produire des vins d’assemblages au lieu des vins de cépages jusqu’ici autorisés. L’ouverture est limitée à l’assemblage de deux cépages, sangiovese, cabernet sauvignon, cabernet franc, merlot, syrah et ciliegiolo pouvant être utilisés pour les rouges. Pour les blancs, il sera désormais possible d’utiliser du viognier en assemblage avec du vermentino ou du tebbiano toscano. Créée en 2014, l’appellation produit six millions de cols avec 282 entreprises et est la troisième de Toscane en superficie de vignoble, derrière Chianti et Chianti classico. L’appellation s’est aussi dotée d’un système de Réserve pour monter en qualité. La mention “Réserve” sera accordée aux vins élevés au moins un an pour les blancs et deux ans, dont six mois en fûts de bois, pour les rouges.

Chiffre d’affaires en baisse de 10 à 20 % en 2020

En Italie toujours, la filière viticole a tiré le bilan de 2020. L’enquête, qui porte sur les 35 entreprises les plus importantes (2,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé), met en évidence un recul moyen du chiffre d’affaires de 10 à 20 %. Comme chez nous, celles qui souffrent le plus, avec un recul atteignant parfois 30 %, sont celles qui dépendent le plus du secteur de la restauration ; celles qui s’en sortent le mieux étant celles qui avaient diversifié leurs réseaux de commercialisation. Autre enseignement intéressant de cette enquête italienne, la consommation globale est cependant restée stable dans le pays, au détriment de la valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *