Ah la laiterie tourne à plein régime [par Yann Kerveno]

La fréquentation touristique est bonne en montagne. La boutique des producteurs de Err réalise le meilleur mois de juillet de son histoire.

En Cerdagne et Capcir, l’hiver et le printemps auront été marqués par une fréquentation touristique médiocre. La fermeture de la nationale 116 plus la crise de la Covid-19 et le confinement qui suivit ont largement entamé les chiffres d’affaires du début d’année. Pourtant, avec l’été, les conditions semblent s’améliorer comme à Err dans le magasin de producteurs Ah la laiterie. Ouverte depuis cinq ans à l’initiative de la Coopérative catalane des éleveurs et de Cimelait, la boutique a connu une progression régulière de son activité pour atteindre 800 000 euros de chiffre d’affaires en 2019. Contre 300 000 la première année.
“Aujourd’hui, il y a plus d’une quinzaine de producteurs qui y commercialisent une partie de leur production” précise Tony Baurès, président de la coopérative. “Le concept n’a pas changé, nous proposons des produits les plus locaux possible, de Cerdagne et Capcir en premier lieu, puis des Pyrénées-Orientales quand on ne trouve pas sur le pas de notre porte, comme pour les fruits et légumes ou le vin, et nous avons complété avec des producteurs audois, pour les glaces ou les pâtes par exemple.” Passés les ennuis du début d’année, comment se porte aujourd’hui le commerce ? “Plutôt bien” répond-il. “Après le confinement, il y a eu un flottement, mais depuis le 15 juin c’est reparti.” Restée ouverte pendant le confinement, avec des aménagements d’horaires, la boutique des producteurs aura limité la casse. “Et là, depuis le début du mois de juillet, c’est très bon, mieux que tous les mois de juillet que nous avons connus depuis l’ouverture.” À tel point que la boutique, qui mobilise du personnel supplémentaire habituellement en août, le gros mois de la saison, a été contrainte d’embaucher plus tôt cette année. “D’habitude, juin et juillet c’est moyen, mais là c’est vraiment très bien en termes d’activités.” Il faudra attendre la fin de l’année pour mesurer avec précision les conséquences de la fermeture de la 116 et de la Covid, mais cela n’empêche pas les projets en gestation autour de la boutique de suivre leur cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *